Le nombre de passages aux urgences a doublé en vingt ans

Le nombre de passages aux urgences a doublé en vingt ans

INFOGRAPHIE – En 2016, plus de 20 millions de passages dans les services d’urgences ont été recensés contre une dizaine en 1996. L’essentiel des soins est pris en charge par les hôpitaux publics. Confrontés à cet engorgement et au manque de moyens, les médecins tirent la sonnette d’alarme.

Les urgences débordent. Selon un rapport publié par le ministère de la Santé ce mardi, près de 21 millions de passages ont été recensés en 2016 dans les 719 structures publiques ou privées. Il s’agit là d’un nouveau record. Ce chiffre affiche une progression de 3,5% par rapport à 2015. Mais surtout, il témoigne d’une véritable tendance de fond, observée depuis vingt ans. À titre de comparaison, en 1996, le nombre de passages s’établissait à 10,1 millions. «Il a augmenté ensuite, régulièrement, de 3,5% par an en moyenne», constate la Drees, qui publie ce rapport.

Concrètement, en 2016, les structures d’urgences ont accueilli chacune en moyenne près de 30.000 patients, essentiellement dans les services d’urgences générales (les passages dans les services  pédiatriques étant plus faibles). Fait notable: «la médecine d’urgence est prise en charge essentiellement par le secteur public, qui concentre 77% des structures des urgences, tandis que 17% d’entre elles dépendent du secteur privé à but lucratif et seulement 6% du secteur privé à but non lucratif», souligne le rapport. L’engorgement des urgences est plus ou moins important selon les structures. Ainsi, «20 % des unités d’urgences traitent moins de 15.000 passages par an et 63%, moins de 30.000. À l’opposé, 22% des structures enregistrent plus de 40.000 passages par an et traitent 42% de l’ensemble des passages» note la Drees.

 

Par Gid Assurances

Indemnités journalières d’hospitalisation

DES QUESTIONS ?

Nos conseillers experts sont à votre disposition !

 

Ou appelez-nous au de 9h à 17h30

09 70 18 86 81

*Appel non surtaxé

Posez votre question a un expert en mutuelle

Posez votre question a un expert en mutuelle